Expédition dans le grand Nord

Laserbot 3.0 et moi (Louis) sommes partis dans le grand Nord pour un mois de résidence à la Gare Numérique de Jeumont (situé juste à côté de nulle-part).

C’est un lieu de création et médiation culturelle proposant des résidences d’Artistes, mais également des résidences pour Hackers/Makers ! Les Hackers sont accueillis au FabLab « La Fabrique Numérique », qui outre un équipement très complet est tenu par Steve, un FabManager super sympa et passionné. Ajoutez à cela une super équipe qui fait tourner le lieu et une maison tranquille au bord du canal (avec vue imprenable sur le Liddl) et vous avez tous les ingrédients pour vous faire plaisir!

J’ai donc commencé la résidence par quelques améliorations sur la machine. (réalisations graphiques en fin d’article)

En priorité : Améliorer la toute nouvelle solution expérimentale du montage du Laserbot sur crémaillère. L’enjeu est d’améliorer la transmission sur roues pour la réalisation de dessins vectoriels complexes, en gardant la possibilité de graver sur roues et toujours avec un objectif low cost.

Pour cela, on fabrique des crémaillères avec des courroies GT2 (la courroie la plus utilisée en impression 3D) ouvertes, que l’on colle sur un profilé en U aluminium. La crémaillère obtenue est hyper fonctionnelle pour un budget d’environs 5€ le mètre!

L’idée était à peu près en place à mon arrivée, j’ai donc peaufiné en rajoutant des patins de crémaillère, un raccord pour mettre bout à bout deux profilés et revu la transmission (qui se fait sur poulies) côté Laserbot.

 

le nouveau système de crémaillères.

roueavtL’amélioration de la machine s’est poursuivie avec l’impression de la nouvelle tête laser. Les modifications concernent d’abord la buse d’aspiration qui est désormais munie de petits repères permettant de centrer la tête sur un repère sans voir le pointeur laser. Simple et efficace 🙂 J’ai également rajouté un petit « clips » qui permet de maintenir la buse en place.

Sur le reste de la tête, j’ai supprimé une pièce totalement inutile qui permettait de fixer les petits ventilateurs avec plein de colle. Les ventilateurs se placent désormais directement en force dans la tête. Un petit passage de vis a également été revu pour que la vis de pression du laser passe plus aisément.

la tête du laser

Enfin, j’ai remis en place un mini panneau de commande permettant d’éteindre la tête laser en cas de problème et de vérifier la tension d’entrée du driver laser (évitant ainsi de cramer la diode).

Panneau de commande…. évidemment toutes ces améliorations n’ont pas accéléré la release en Open Source de la bébête. J’y travaille toujours !

En parallèle, nous avons désormais un second Laserbot 3.0 pour équiper Robin! Il ressemble à s’y méprendre à l’original, confirmant le potentiel de réplicabilité de la machine 🙂 On note que les fils sont beaucoup mieux rangés!

800x600laserbot3

 

 

 

Après tout ce travail d’amélioration qui a bien fait tourner l’imprimante du FabLab, il était temps de jouer avec la machine! Je voulais faire un truc qui nécessite une excellente fiabilité de la machine (histoire de se la raconter), qui soit intéressant et qui soit très joli! (les deux derniers points sont très subjectifs)

Je me suis donc fixé comme but de faire des pochoirs en quadrichromie ( cyan, magenta, jaune, noir). Un croisement entre sérigraphie et impression jet d’encre avec des bombes de peintures. Comme j’avais du temps et pas d’argent, j’ai écrit sous Processing le programme qui me permet de faire du « CYMK Halftoning », soit décomposer l’image en plusieurs couches de couleur. Comme je ne suis ni codeur ni graphiste, le programme a nécessité pas mal de recherche et de tâtonnements et est absolument illisible. Peu importe, ça marche !

 

Un premier essai pour valider le concept de quadrichromie (~1mx20cm) :

4drichrome

Fort de ce résultat approximatif j’ai commencé à pousser la résolution :

20161003_172731

Et comme j’étais content, j’ai encore poussé un petit peu :

painting1good

Les originaux sont de Monet ( Les Falaises à Etretat) et Hokusai (mont fuji). Le spectre visible des couleurs est issu des travaux de nombreux scientifiques.

J’ai également joué avec l’ordre des couleurs, pour voir comment elles influaient sur le rendu final.

2paintings

Voilà pour l’aventure graphique ! Comme j’ai bien aimé faire ces « œuvres », et que je ne suis pas encore satisfait de la technique, notamment l’utilisation de Kraft comme support de pochoir, qui ne se plaque pas bien au support et rend le tracé un peu flou par endroits ainsi que des alvéoles un peu trop grosses, je vais continuer à bosser dessus!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*